lundi 14 août 2017

¤ Les délices d’Ève, de Emilie Collins ¤


Résumé :
"Ève aux mille parfums qui me fait perdre la tête."
Ève ne vit que pour une chose : sa passion pour la pâtisserie. Et la prestigieuse école dans laquelle elle étudie pourrait lui ouvrir les portes des établissements les plus prisés de Paris. C'était sans compter l'irruption du très charmant Zacharie Beauregard dans sa vie. Lorsqu'ils passent une nuit passionnée ensemble, elle ignore qu'il est non seulement un célèbre jeune talent de la pâtisserie, mais aussi son nouveau professeur... Entre carrière et sentiments, Ève devra opérer un subtil dosage.






Editeur : JC Lattès
Collection : &moi
Paru le : 5 Juillet 2017
- Pages : 255



Mon avis :
Je remercie la Collection Emoi pour l'envoi de ce roman à la couverture toute douce et très gourmande. Le résumé me donnait également très envie et je dois dire qu'il a tenu toutes ses promesses et bien plus encore, et pourtant je suis loin d'aimer cuisiner… Dois-je préciser d’emblée que ce roman est une pépite et que pour moi cela a été un gros coup de cœur ?

Nous sommes dans la peau de la jeune et jolie Ève, étudiante en pâtisserie dans une école prestigieuse et dont le rythme est assez soutenu. Nous avons quelques détails par-ci par-là concernant son train de vie, ses connaissances et très vite, nous sommes projetés dans son quotidien de folie. Elle vit à cent à l'heure, s'accroche de toutes ses forces pour donner le meilleur d'elle-même face à son professeur actuel qui n'est autre qu'un horrible bonhomme d'après elle et ses camarades. Ce n'est que lors d'un coup du sort que son vœu le plus cher le concernant est exaucé. Plus de « tyran » dans le décor, mais remplacé par un jeune homme bien plus séduisant, qui n'est autre que le même Zacharie rencontré lors des obsèques de son prédécesseur. Il leur a suffi d'une alchimie débordante, d'une nuit de passion et de tendresse pour qu'ils réalisent l'ampleur des dégâts le lundi matin…

S'ensuit une ambiance assez étrange entre harcèlement moral et physique de la part de ses camarades. J'ai trouvé ces moments-là assez durs, car on ne peut pas dire qu'ils y vont avec le dos de la cuillère (oups, pardonnez mon jeu de mot). Je n'étais pas à l'aise du tout avec ce qu'elle subissait. Fort heureusement, notre héroïne a son grand-frère, cuisinier en formation dans la même école qu'elle pour la soutenir du mieux qu'il peut. J'ai tout simplement adoré son côté très protecteur envers elle, ainsi que leur quotidien et habitudes quand ils sont tous les deux chez eux, loin des regards indiscrets de l'école. Leur complicité m'a beaucoup touché.

Le rythme du roman, quant à lui, m'a légèrement fatigué et cela m'a amené à penser qu'on ne peut faire ce métier que par passion, au vu du nombre d'heures qu'ils encaissent chaque jour, chaque semaine, sans parler de la minutie et de la rigueur que cela implique. Pour moi qui déteste cuisiner, ce serait un enfer sur terre. Mais l'auteure, à travers son personnage, a réussi à piquer ma curiosité et à éveiller mon envie de plus à chaque page lue. Ève est une jeune femme sensible et douce avec une force de caractère et un franc parler que j'ai tout de suite adoré ! Elle ne se plaint jamais, sauf si vraiment « elle en a gros » si je puis dire. Son répondant est admiratif, sincèrement. Je crois avoir tout adoré en elle, en fait. Quant au personnage masculin, Zacharie, il est assez difficile à cerner par moments, on se demande vraiment s'il est le salaud qu'Ève pense, lorsqu'il fait ce qu'il doit faire pour son bien à elle. Personnellement, je l'avoue, j'ai un peu douté.

°•°• - Vous avez perdu quelque chose ? Une boucle d'oreille ? Un bracelet ? La façon de se tenir correctement dans une église pendant des funérailles ?
Cette voix, ce sarcasme... et ces chaussures ! Je fusille les coupables du regard avant de lever la tête.
- Non, vous. Je vous dois des orteils en compote.  •°•°

Et c'est en réalité le dernier chapitre qui m'a réellement fait basculer pour le coup de cœur. L'auteure nous délivre avec beaucoup de douceur et tout l'amour possible dans ce genre de relation les pensées, les ressentis, les sentiments les plus profonds de Zacharie pour Ève. J'ai été très nostalgique en repensant à leur rencontre, leurs premiers pas ensemble, puis leur petite routine bien huilée pour en venir au moment le plus difficile pour finalement terminer en apothéose. Tout ceci est magnifiquement bien écrit, les mots choisis font mouche à chaque fois et mon petit cœur de midinette a complètement craqué. En tout cas, une chose est sûre, les papillons dans le ventre et les larmes aux yeux étaient bien présents une fois que j'ai refermé le roman.

En somme, j'ai passé un merveilleux moment de lecture aux côtés de la pétillante Ève. On s'attache très vite à elle, et ce même si on déteste cuisiner, croyez-moi. La sensualité, la bienveillance, la gourmandise et le petit grain de folie qui se dégagent de ce roman l’emportent aisément sur les périodes difficiles de l'héroïne. J'ai savouré ces pages avec un bonheur immense, un peu comme lorsque l'on mange de la barbe à papa, c'est tout doux, sucré, réconfortant, vaporeux et très rapide. Cela résume assez bien les quelques mois que nous avons passés avec elle où sa vie a été chamboulée du tout au tout. Le personnage masculin, comment dire ? Je suis moi aussi légèrement tombée amoureuse de lui, il a absolument tout pour lui, charismatique, des projets plein la tête, bosseur, attentionné… La liste est longue et je ne peux pas tout vous dévoiler, mais je peux aisément vous recommander ce roman les yeux fermés !
Mon coup de cœur de l'été que je vous encourage à découvrir de toute urgence, par contre pensez à vous munir de quelques gourmandises, ce roman creuse un peu…

Ma petite note :  





Merci encore à eux : 




===>



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...