mercredi 17 juillet 2019

¤ Revenir pour mourir, de Jennifer L. Armentrout ¤


Résumé :
Jusqu'à la mort...
Après dix ans d'absence, Sasha revient dans sa ville natale de Virginie. Elle y retrouve sa mère, ses amis d'enfance et ses repères. Mais dès ses premiers jours de travail dans l'auberge familiale, elle se sent observée, menacée. Ce retour aux sources tourne vite au cauchemar pour celle qui a fait la une des journaux locaux des années auparavant... car Sacha est la seule rescapée d'un tueur en série connu sous le nom du Marié. Alors que son amour de jeunesse, devenu agent fédéral, réapparaît dans sa vie et jure de la protéger, des jeunes femmes commencent à disparaître, comme à l'époque de son enlèvement et, dans l'ombre, quelqu'un guette la première erreur de Sacha pour s'assurer qu'il s'agira de sa dernière...




Editeur : Pygmalion
- Paru le : 3 Avril 2019
Pages : 427


Mon avis :
Je remercie les Editions Pygmalion pour l'envoi de ce roman que j'avais très envie de lire pour changer un peu de style et pour retrouver l'auteure dans un registre différent de celui auquel elle nous a habitués jusqu'à présent. Je dois dire que j'en ressors plutôt satisfaite.

Nous faisons la connaissance de Sasha, cette jeune femme de trente ans qui après dix ans d'absence revient dans sa ville natale. Plus précisément auprès de sa mère qui tient l'auberge de la ville, quasiment à bout de bras d'ailleurs, il était plus que temps qu'elle rentre pour lui donner un coup de main. Quoi qu'il en soit, c'est un endroit chaleureux et relativement cocooning surtout quand on a droit à de belles chutes de neige dans le roman. Elle est à peine arrivée, commence tout juste à se familiariser de nouveau avec les lieux et les odeurs qu'elle connaissait pourtant si bien par le passé que des faits étranges se produisent. Pas de simples faits banals, elle a droit à du vandalisme contre ses biens et une sorte de paranoïa s'enclenche très vite dans son esprit. Puis il y a aussi sa vie sociale, qui reprend vie au galop avec ses deux meilleurs amis qu'elle avait laissés derrière elle. Quant au petit ami abandonné qui revient comme si dix ans ne les avaient pas séparés, cela ajoute un peu de piment à sa vie jusque-là si monotone dans la grande ville…

J'étais très impatiente de changer de style et je me suis laissé entraîner dans cette histoire avec beaucoup de plaisir. Cependant, j'ai ressenti une sorte de gêne au départ quand le petit ami revient comme un cheveu sur la soupe, j'ai eu de très gros soupçons le concernant et je me suis tout de suite dit qu'avec cette auteure je n'y arriverais plus, c'est certain. Simplement parce que je n'avais pas réellement accroché à son dernier livre et que je trouve qu'elle utilise un peu trop facilement la simplicité des situations vite arrangées. Et pour le coup, j'ai continué tout en étant sur le qui-vive, car malgré tout, son histoire m'a captivée, j'ai donc été très agréablement surprise arrivée à la fin du roman ! Là j'avoue que je ne m'y attendais pas du tout, même si en y repensant on a quelques indices, bien que très subtils.

J'ai lu ce roman avec beaucoup de passion alors même que le thème abordé est tout simplement abject et fait froid dans le dos. Un tueur en série dont notre héroïne a réchappé dix ans plus tôt, voilà que cela recommence « à cause » de son retour, alors que le tueur en question a été tué, cela nous met dans une tension absolue. Une sorte d'addiction s'enclenche également et j'ai adoré avoir envie de savoir qui était derrière tout ça. Alors que ce n'est absolument pas un genre que j'affectionne, je déteste même ce style de roman bien trop proche de la réalité. Mais j'avais très envie de sortir un peu de ma zone de confort, de retrouver la plume de Jennifer L. Armentrout dans un autre registre que la romance ou le paranormal. Les deux m'ont autant plu que déçu, il me fallait donc du changement pour trancher un peu et retrouver son style que j'aime assez.

On a également droit à une touche de sensualité qui est presque gênante au vu du contexte, comme si cela n'avait pas sa place ici. Tout s'enchaîne beaucoup trop vite, me faisant lever les yeux au ciel et pourtant je dois bien admettre que cela fait clairement redescendre la tension. Nous égarant le temps de quelques pages afin de reprendre notre souffle pour ce qui allait suivre. J'ai adoré l'ambiance qui se déroule dans cette auberge qui s'avère être un vrai labyrinthe plein de courants d'air avec une légère touche de modernisme.

En somme, j'ai passé un très bon moment de lecture placé sous le signe de la tension et de l'addiction. J‘aurais aimé passer un peu moins de temps dessus (trois semaines) et ne pas avoir à le lire en petits bouts entrecoupés de périodes sans lire, mais c'est ainsi et cela ne m'a pas empêché de l'apprécier complètement. J'ai adoré suivre Sasha retourner dans la vie qu'elle avait quittée dix ans plus tôt, retrouver également ses proches et cette auberge aussi accueillante qu'effrayante. L'ensemble forme une histoire assez bien construite et bien ficelée, si bien que je ne me suis douté de rien, je me suis simplement demandé comment tout cela allait finir. Cela étant dit, si j'ai beaucoup aimé ce roman, une pensée fugace m'est venue : la ressemblance avec les téléfilms médiocres que l'on peut trouver les après-midis. Y'a pas à dire, les livres sont quand même bien mieux !
Je vous recommande ce roman qui saura vous glacer le sang, si vous êtes un tantinet sensible.

Ma petite note : 

Merci encore à eux :


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

linkwithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...